vendredi 29 avril 2016

Le collectionneur de sentiments

Jérôme Le Dorze
Léa Vervoort

Les éditions : 'ALICE Jeunesse
2016
A partir de 7 ans 

Masse Critique Babelio





« Comme c’est beau ! » s’exclame Lucas.
« Mais pourquoi gardes-tu tous ces nuages ? »
Le vieil homme se tait un long moment, perdu dans ses souvenirs.
C’est un secret qu’il n’a jamais dévoilé. 


Parler de tout et de rien, parler, pourquoi ne sait-il pas le faire ?

Pour remplir ce vide profond, le vieil homme va à la chasse aux sentiments. Cela fait si longtemps qu’il ne ressent plus aucune émotion qu’il a oublié la saveur de la joie, du bonheur, de l’espoir mais aussi celle de la tristesse. Alors il part à leur conquête. Cela se passe dans la rue, les jardins ou parfois sur les bancs publics. Dès qu’il aperçoit un nuage coloré flotter au dessus d’un inconnu, discrètement et sans faire de bruit, il s’approche et  avec délicatesse il emprisonne le sentiment dans un sachet de velours.

Dans son ancienne boutique à bonbons qui sent bon la réglisse et le caramel, il glisse avec soin chaque sentiment dans des bocaux. Il les collectionne précieusement sur ses étagères, une étiquette pour chaque événement. 

La joie, la haine, la tendresse, la peine existent seulement lorsque l’amour devient sincère.



Il vit bien seul, ce collectionneur, au milieu de toutes ses émotions étiquetées, classées, rangées. Que cela doit être morose de ne plus rien ressentir, ne serait ce qu’un peu de tristesse pour avoir la joie de reconnaître le bonheur quand il vient frapper à notre porte. Mais peut être que ce bonheur s’appelle tout simplement Lucas, un petit bonhomme, qui va le surprendre par sa naïveté, son naturel mais surtout son bon sens.

Une rencontre délicieuse entre un vieux monsieur et un petit garçon.  La plume de Jérôme Le Dorze et le pinceau de Léa Vervoort s’unissent à merveille pour nous délivrer un livre tendre sur la difficulté à communiquer les sentiments. Bien souvent, par fierté ou par crainte, nous emprisonnons nos émotions au fond de nous,  alors peu à peu notre cœur s’atrophie et laisse libre place aux regrets.  Les dessins épurés et le mariage des teintes vives et veloutées viennent apporter cette touche de douceur et de poésie à l’histoire. 

Si je n'avais qu'un seul regret, ce serait que l’histoire fut bien trop courte à mon goût, c’est vous dire combien j’ai apprécié flâner dans cette boutique au milieu de ces senteurs vanillées et de ces bocaux à souvenirs. Ne voyez-vous donc pas le nuage couleur arc en ciel flotter au dessus de ma tête ?

Un livre jeunesse à dévorer et à partager sans modération.

« Le collectionneur de sentiments » : Qui veut de la joie et de l’amour ? Promotion chez la marchande de bonheur !




MERCI à 
Babelio, ainsi que 
Pour ces nuages aux milles couleurs 

Sans oublier un joli nuage bleuté pour Bad Boy  


*******************

lundi 11 avril 2016

SUMMER



S  U  M  M  E  R 




Cinétrafic 18ème édition

Un film de Alanté KAVAÏTÉ
Avec  

Julija TEPONAITYTÉ
Aisté DIRZIUTÉ







Dimanche, j’ai trouvé la plus belle chose de ce printemps, un nid caché sous une branche, un oisillon dedans. Il ne sait pas encore qu’il peut voler. Il est fragile, incertain, mais il est téméraire. Il gonfle le torse fier comme un aigle, il s’avance sur la branche, vacille, hésite un peu,  déploie ses ailes timidement, et … 

En lituanien,  sangaïlé, signifie «Avec Force», mais Sangaïlé ne se sent pas à la hauteur de son prénom. Elle est Comme un Avion sans Ailes, une adolescente au visage angélique et à la peau diaphane. Elle préfère la solitude à la foule et se protège en fuyant dans son for intérieur, un univers tapissé de dilemmes et de grands tourments. Insaisissable et repliée sur elle-même, peu à peu, un mur d’incompréhension s’est hissé entre sa mère et elle, quant à son père, il reste mutique et inexistant. Cet abysse de sentiment lui donne le vertige et la peur du vide. Pour se sentir vivante, elle ressent sans cesse le besoin de s’automutiler car c’est dans la douleur qu’elle sent la vie jaillir de ses veines.

Mais sous la douce chaleur de l’été, les vents contraires de la Lituanie la feront tourbillonner. Sangaïlé  croise le regard de Aisté et ces deux cœurs chavirent. Aisté est tout son contraire,  ce que le vent est au feu, radieuse, heureuse et légère. Cette joie de vivre lui ouvrira des horizons nouveaux. Avec patience et amour Aisté saura trouver le ton juste pour guérir ses maux bleus. Elle l’aidera à vaincre sa peur du vide, à cultiver sa différence et trouver son équilibre en apesanteur. 


« Merci d'exister » 

Mais parfois, pour planer au dessus des nuages, certaines décisions s’avèrent difficile à prendre.

Ce DVD, pour thématique "LGBT" , sorti le 17 février 2016 et édité par Outplay, raconte les instants fragiles d’une adolescente et ses difficultés à réaliser ses rêves quand on n’est plus une enfant mais pas tout à fait une adulte. Cet épanouissement personnel est délicatement filmé par la réalisatrice, Alanté Kavaïté. Elle aborde avec pudeur l'homosexualié, les premiers émois et la difficulté d’être soi. Des voltiges d’images et de sentiments sont capturées en plein vol par la caméra telle une nuque gracile, une courbe aérienne,  le vide puis la confiance. Les deux jeunes comédiennes deviennent sensuelles dans leur simplicité. Elles sont mises en lumière dans une nature somptueuse. Je découvre un très beau cinéma lituanien  qui parle peu où tout devient évident dans un simple regard ou un silence immobile. Un parcours initiatique à fleur de peau qui nous délivre de jolis messages d’espoir et de réconciliation.

… et s’élance dans les airs. Mais Madame Gravité n’a aucune pitié, il est en chute libre et plonge le bec direct sur le sol. Mais il se relève, apprend de ses erreurs et petit oiseau devient grand avec des ailes de géant. Il se relève, redouble d’effort,  ose et s’élance à nouveau Avec Force dans ce monde imparfait et s’envole vers la liberté.

« Parfois, je n’ai pas envie de voler. Mais je me force et dès que j’arrive à l’aérodrome, dès que je m’assieds dans l’avion, j’oublie tout. Tous les problèmes, tout. Je prends de la distance d’avec les choses de la vie. Plus rien ne me pèse. J’ai l’impression d’être au-dessus ». 


Summer … Déploie tes elles et Envole-toi …



Un immense Merci 
Pour mon premier DVD Trafic 
A Cinétrafic ainsi qu'à Outplay et Nicolas 
Pour ce face à face sensuel et poétique en Lituanie.

Une saison charnelle que j'ai eu plaisir à partager avec Le Ranch Sans Nom, et si mon oisillon ne vous a pas attrapé en plein vol, Le_Bison saura vous convaincre avec son petit oiseau.  




Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...