dimanche 29 juin 2014

Les lois de la frontière

Javier CERCAS

Editions : ACTES SUD

Titre original :
Las leyes de la frontera 2012




"La justice est fondée sur cette injustice : 
le pire des hommes a lui aussi droit à ce que quelqu'un le défende ; 
sinon, il n'y a pas de justice".



Après trente ans  d’un régime phalangiste, l’Espagne en pleine agonie passe d’une dictature à une démocratie. Franco est mort depuis trois ans, les espagnols à genoux se relèvent peu à peu. Nous sommes en 1978, dans le petit village de Gérone, deux quartiers sont opposés. Celui d’Ignacio, garçon de famille modeste et celui de Zarco, le caïd, et sa bande de loubards. Les lois de la frontière les séparent mais leur chemin se croise  et son destin en sera à tout jamais bouleversé.

Zarco, la sulfureuse Tere et la bande sont les terreurs de la ville. Ils vivent de petits deals, vols, braquages de banques, d’amour et ont soif de liberté.  Alors quand Ignacio, cet adolescent timide et introverti, va croiser le charismatique Zarco et que la belle Tere va lui faire découvrir les prémices de l’amour, Ignacio ne voit là qu’une bouffée d’oxygène lui si engoncé dans sa petite vie conventionnelle et sécurisée.

L’été 78 sera l’été de tous les changements. Zarco initie le jeune à la délinquance et à l’adrénaline. Malgré la ligne franchie, Ignacio n’est pas du même bord, le sang de la révolte ne coule pas dans ses veines et la voix de la sagesse se rappellera à lui. La police ne les lâche plus, l’étau se resserre jusqu’à l’ultime dénouement.

Dans la première partie nous marchons pas à pas au côté d’Ignacio. Nous suivons le déroulement de ce qui le mène à défier les lois, franchir la frontière entre le bien et le mal, la justice et l’injustice. Son intégration auprès de la bande sera difficile et les liens qui le soudent à Zarco bouleverseront la vie du jeune étudiant et celle de sa famille.

La deuxième partie s’étalera sur une trentaine d’année. Ignacio, malgré son passé troublant devient un avocat réputé et respecté de tous. Il va suivre pas à pas, année par année, le mythe Zarco. La presse le suit et le cinéma l’idolâtre. Condamné à 150 ans de détention,  toutes peines confondues,  Zarco vient de passer plus de la moitié de sa vie en prison. Alors, Tere revient vers Ignacio et lui demande de défendre l’illustre récidiviste. La passion non assouvie entre ses deux êtres jaillira de plus belle et leur révèlera les années perdues.

Durant 346 pages, j’étais en immersion totale dans la vie d’Ignacio et Zarco. J’ai franchi ces lois, j’étais dans la fascination d’un être que rien n’arrête. Ce livre parle d’une forte amitié, du regard d’un père, du mutisme protecteur d’une mère, mais aussi du silence et des non-dits qui étouffent et éloignent alors qu’un seul mot suffit pour réunir deux être qui s’aiment violement. Javier Cerca connait bien le sujet dont il parle. Il décrit superbement un pays qui vient de subir des décennies de fascisme, avec cette difficile transition que fut le passage de l’oppression à la liberté, de ceux qui ont su profiter d’un régime franquiste et les autres encore dans la douleur de la perte et de la souffrance. Cette histoire me parle et me touche car elle me ramène à mes racines, à ma famille, les opprimés. Ce roman déborde d’amour, de tolérance. Il raconte les bas-fonds de l’Espagne, de la révolte, des lois immuables de la vie, de la mort, des erreurs qui nous rendent plus fort, des choix qui nous poussent à certains renoncements et du Pardon.

Les lois de la frontière … la ligne est franchie…Merci !



«Tu n’aimes toujours pas la musique, Binoclard, a-t-elle dit alors. J’en écoute rarement, c’est ça le problème. Et pourquoi ? a demandé Tere. J’allais lui dire que je manquais de temps mais je ne l’ai pas fait. En regardant les boitiers des CD, Tere a ajouté, amusée et déçue à la fois : En plus, ces noms de me disent rien. Je me suis levé, je me suis accroupi à côté de Tere, j’ai mis un CD de Chet Baker et j’ai mis I Fall in love too Easily… Puis elle s’est mise à danser toute seule, avec un verre de vin à la main et les yeux fermés, comme si elle cherchait à percer le rythme caché de la chanson ; quand elle semblait l’avoir trouvé, elle a posé son verre sur la chaine, s’est approchée de moi, m’a passé les bras autour du cou et m’a dit : On ne peut pas vivre sans musique, Binoclard. Je l’ai prise par la taille et j’ai essayé de suivre ses pas. Je sentais ses hanches contre mes hanches, sa poitrine contre ma poitrine et ses yeux dans mes yeux. Tu m’as manqué Binoclard, a susurré Tere.»






Hasta la vida, hasta la muerte, hasta l'Amor 

* * * * * * * * * * * * * 

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...