dimanche 25 mai 2014

Bonne Fête à toutes les Mamans


Flash Back... Dimanche 6 Juin 2004

Mathilde - CE1 


Camille - CM2 




                                                                                     



   





Mathiiiilde rend moi ma Glaaaaaaaaaace ! Paris 04/2010

Merci à mes deux Amours  ! 
Hasta la Vida, Hasta la Muerte, Hasta l'Amor !
<3


dimanche 18 mai 2014

Et mon Coeur est Immense

Nathalie Collon
Florent Espana

Editions Anna Chanel

2007



Ceci n'est pas un livre

Magritte aurait pu écrire « Ceci n’est pas un livre » et comme il aurait eu raison ! 

Ceci est une œuvre d’art que l’on offre mais que l’on ne prête pas. Il est un objet rare  que l’on caresse du regard tellement c’est beau et lumineux. De la première à la 4eme de couverture cet album est un bijou qui se tourne avec délicatesse, on en prend plein les yeux.
Des dessins voluptueux, une palette de couleurs riches à couper le souffle et les textes qui accompagnent nous laissent rêveur, « chaque page déchire le silence » et éveille nos sens.
Cet album est un parfum, une fragrance, un tableau, une peinture que l’on chérit, lit et relit pour bien s’en imprégner. Il me parle de la nuit, de la vie, de mon Andalousie, de poésie et quand il touche à sa fin on recommence pour être sur de n’avoir rien manqué. Il se déguste avec les yeux, avec le cœur, lentement, délicieusement comme un extrait d’une liqueur rare.

Ce cadeau d’anniversaire était accompagné d’un petit mot « Pour le titre qui te va si bien… et pour l’Andalousie un peu… » Un cadeau sublime et magnifique. Je sais que tu n’aimes pas ces deux mots qui veulent tout dire et rien dire, mais je n’en trouvais aucun pour dire combien ce présent a touché mon cœur Andalou.

Et puisque ce feu d’artifice de mots et  de couleurs me parle si bien de passion, de sentiment et d’amour, je ne pouvais que l’accompagner de cette balade flamenca qui s’accorde parfaitement au diapason de ces mots :

« Les Andalouses, dans de magnifiques robes rouges,
Comme le sang qui fut versé, amer, sur leur terre.
Ecoutons leur musique, elle est si belle,
Frappons en palmas avec eux ».


Ceci n'est pas une musique
« Donde vas asi caballera de mi amor
Donde vas asi luz de mi alma
Sin lastima y sin temor
Eres mi reina”



Et mon cœur est immense … Une explosion d’émotion !

Merci mon manU pour cette poésie, ce graphisme, je ne te dirai jamais assez combien tu comptes dans ma vie !


Merci à l'auteur de ce partage pour ce flamenco de Renaud GARCIA-FONS 
"La Linea del Sur" 
Porque llegaste hasta mi tierra, hasta  mi sonrisa, eres mi Rey ! 


**********************



mardi 6 mai 2014

La lettre d'Elisabeth

Emmanuelle Cosso-Merad

Père Castor Flammarion
2014
96 pages
5,60 €
Dès 8 ans




Au pays où tout est permis, Elisabeth écrit au Père Noël en plein mois de mai ! Joli moi de mai pour exaucer tous vos souhaits.

La lettre d’Élisabeth atterrit dans une immense poubelle bleue, une grande boite comme un « No man’s land ». Tous les courriers sans destination précise y sont jetés, puis oubliés, mais ça c’était avant José. José est le facteur du quartier. Tout le monde l’apprécie car ce bonhomme sans prétention, réglé comme une horloge, donne de son temps, de son sourire, de son amour à chaque habitant et selon leur particularité. Quand la fin de journée arrive, il rentre enfin chez lui. Il apprécie cette solitude, ce doux silence. Chaque soir, il prend le temps de lire et souvent choisit une lettre dans cette grande poubelle bleue, au hasard, comme ça, par plaisir, pour ne pas laisser ces lettres sombrer dans un océan d’oubli. C’est ainsi que son choix va bousculer ses habitudes. Une lettre particulière va bouleverser son cœur : La lettre d’Élisabeth.

Comment ne pas être ému par cette lettre si touchante écrite par une petite fille qui ne demande au Père Noël qu’un peu de compréhension et d’amour pour son père et son frère ? Comment ne pas être touché par ce facteur qui va tout mettre en œuvre pour réaliser en plein mois de mai le vœu d’Élisabeth ? Et comment ne pas apprécier tout ce florilège de personnages attendrissants : Etienne, le père d’Élisabeth, cordonnier de métier, qui aide les gens à marcher ; Antoine, son frère, qui n’aime pas l’école et se sous-estime, et puis il y a Marie, la jolie Marie et ses chapeaux plus époustouflants les uns que les autres, elle dégage tellement d’amour cette chapelière.

Emmanuelle Cosso-Merrad nous délivre un roman tendre sur l’illettrisme écrit avec beaucoup de douceur, poésie et intelligence. Le texte est joliment illustré, noir sur blanc, par le trait fin et délicat de Pauline Duhamel. L’auteure montre aux enfants comme aux plus grands que même si parfois la vie ne fait pas de cadeau, il y a toujours une issue pour qui veux l’entendre et ouvrir son cœur.

Il y avait la « Lettre à Elise », il y a désormais  « La lettre d’Elisabeth ».


Joli moi de mai ! Son vœu sera-t-il exaucé ? 




Merci à BABELIO et aux éditions Père Castor-Flammarion 
pour ce joli roman sur l'illettrisme, grande cause nationale.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...